L’activité de toutes les compagnies aériennes du monde est rythmée par deux saisons « programme » : été et hiver. Pour les élaborer, différentes fonctions supports travaillent en équipe pour réussir cet exercice délicat qui consiste à faire la meilleure synthèse des attentes de nos clients et des contraintes opérationnelles, financières, réglementaires et techniques. Pour vous parler de leur métier, deux agents passionnés au sein des services Programme et Revenue Management.

PAROLES DE …  Olivia SCIARLI
Entrée à Air Corsica en 2006 comme assistante de Direction
Depuis 2007, Chargée d’étude au sein du Service Programme

La construction d’un programme de vol repose sur plusieurs paramètres qui nous faut impérativement prendre en compte et concilier pour aboutir à une offre la plus proche possible des attentes de notre clientèle.

Les premières contraintes chez Air Corsica, sont contenues dans le cahier des charges des Obligations de
Service Public (OSP) qui s’impose à la compagnie désignée comme délégataire à chaque appel d’offres : capacité de sièges, amplitudes horaires, fréquences sur les lignes desservant les quatre aéroports de Corse vers Nice, Marseille et Paris Orly. C’est sur ces bases que notre première trame de vol est élaborée. Puis, nous y ajoutons tous les vols hors OSP, qu’ils soient annuels, saisonniers, charters…
Nous travaillons en étroite concertation, en interne à la compagnie, avec la Direction technique, Direction commerciale, planning du Personnel Navigant, bureau d’étude, Directions des opérations sol et vol, escales Air Corsica. Puis dans un second temps avec nos prestataires extérieurs comme les assistants aéroportuaires.
Le programme évolue en fonction des contraintes exprimées par les différentes parties. L’enjeu consiste à concilier les impératifs techniques et humains de chacun, tout en maintenant un programme commercial attractif pour notre clientèle. Nous devons parallèlement nous assurer de la disponibilité des créneaux de décollage et d’atterrissage sur certains aéroports de notre réseau comme Orly, Roissy, Lyon ou Nice.
Le programme dans sa version définitive est déposé auprès de l’Office des transports de la Corse et de la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) et diffusé aux Chambres de commerce qui gèrent les aéroports sur lesquels nous opérons. Les vols sont enfin renseignés par nos soins dans les systèmes de distribution pour être vendus. La grille des tarifs correspondants à ces vols est renseignée par le service RM (Revenue Management).

PAROLES DE …  Christian MARTINEZ
Entré à Air Corsica en 2004
Analyste au sein du Service Revenue Management depuis 2008

Notre mission au sein de la Direction commerciale et marketing est de veiller à ce que nos programmes de vol soient au rendez-vous des prévisions budgétaires de la Compagnie mais aussi de la satisfaction client. C’est un exercice pas toujours évident mais vraiment passionnant. Pour y arriver, nous travaillons en liaison avec de nombreux services au sein d’Air Corsica et nous suivons un process d’analyse et de concertation assez complexe.
Première étape, la prise en compte de tous les paramètres qu’ils soient : financiers comme les coûts fixes et variables liés par exemple aux amortissements des avions, les assurances, le kérosène, taxes aéroportuaires, masse salariale…, ou bien les contraintes liées au cahier des charges des lignes de Service public (fréquences, tarifs résidents, amplitudes horaires…), ou encore les événements calendaires… Cette première étape permet d’établir le coût de la rotation et le seuil de rentabilité à atteindre pour chaque vol.
La deuxième étape consiste à étudier en permanence les évolutions du marché, les lignes à potentiel de développement et de proposer d’éventuelles ouvertures de lignes complémentaires au réseau de Service Public : des vols saisonniers l’été, des vols européens l’hiver, des vols supplémentaires… Parallèlement à ce travail d’analyse, nous cherchons à ajuster en permanence la grille des tarifs pour optimiser le remplissage des avions par la fermeture ou l’ouverture de certaines classes tarifaires (hors tarif résident), par l’offre de promotions sur des vols moins vendus, par des propositions de vols supplémentaires, des modifications d’horaires ou de capacité d’avion que nous pouvons demander au service Programme.

Ce que j’aime particulièrement dans mon métier c’est ce travail d’équipe et ce contexte pluridimensionnel dans lequel nous évoluons qui nous oblige à appréhender tous ces aspects technique, humain, commercial, et réglementaire, pour, au final réussir ce challenge d’être au rendez-vous des attentes des clients et des objectifs budgétaires de la Compagnie.

Et c’est bien cette recherche du meilleur équilibre possible entre le taux de remplissage des vols et les tarifs pratiqués sur l’ensemble de la cabine qui doit assurer un revenu minimum sur chaque vol et ainsi permettre de couvrir les frais inhérents à l’exploitation. On fait alors référence dans le jargon aérien au terme de « coupon moyen d’un vol ».

Ce que j’aime particulièrement dans mon métier c’est ce travail d’équipe et ce contexte pluridimensionnel dans lequel nous évoluons qui nous oblige à appréhender tous ces aspects technique, humain, commercial, et réglementaire, pour, au final réussir ce challenge d’être au rendez-vous des attentes des clients et des objectifs budgétaires de la Compagnie.